Les Enfants d’Izieu

izieu

Les Enfants d’Izieu désigne un groupe d’enfants juifs de différentes nationalités, réfugiés dans une bâtisse transformée en colonie de vacances pendant la Seconde Guerre mondiale sur le territoire de la commune française d’Izieu, dans le département de l’Ain. Quarante-quatre de ces enfants furent déportés à la suite d’une rafle de la Gestapo, commandée par Klaus Barbie, le 6 avril 1944 et furent tous exterminés. Parmi ces 44 enfants, 13 d’entre eux venaient de Belgique.

L’AMS, en partenariat avec le Consulat de France en Belgique, le député des Français à l’étranger de l’époque, Philip Cordery, et avec le soutien de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah (Paris) a pris l’initiative de poser des Pavés de Mémoire.

schaerbeek

Les Pavés dédiés aux enfants de Bruxelles, Paulette Heber et Nina Aronowicz ont été inaugurés en 2016 en présence des bourgmestres et de classes d’écoles de Saint-Josse et de Schaerbeek ainsi que ceux dédiés aux enfants de Liège, Alec Bergman (qui avait quitté la Maison d’Izieu peu avant la rafle) et Albert et Marcel Bulka, en présence d’Alec Bergman et de sa famille.

nina-aronowicz

Huit Pavés de Mémoire (parmi 22 pavés encore actuellement à poser) pour les enfants d’Izieu originaires d’Anvers, Hans Ament, Lucienne Friedler, Max Tetelbaum, Herman Tetelbaum, Paula Mermelstein, Marcel Mermelstein, Émile Zuckerberg, Samuel Stern, sont toujours en attente de pose dans la ville d’Anvers. En dépit de demandes répétées auprès de l’administration communale, la ville n’y donne pas suite, au prétexte que le Forum der Joodse organisaties, qui prétend représenter la communauté juive d’Anvers n’y est pas favorable. Malgré le soutien public du professeur Herman Van Goethem, ancien directeur de la Kazerne Dossin et actuel recteur de l’université d’Anvers, l’AMS n’est pas encore parvenu à faire respecter le désir de nombreuses familles qui souhaitent honorer la mémoire de leurs disparus.

manifanvers

MÉMOIRES TISSÉES

À partir de cette initiative, Isabelle Journo, une enseignante du Lycée de Belley, proche d’Izieu, a mis sur pied une projet mémoriel et réflexif, « MÉMOIRES TISSÉES », en proposant à 23 élèves de seconde du lycée du Bugey de construire des connaissances et une réflexion sur la Shoah et le génocide des Tutsis. Le projet est le fruit d’un travail avec le musée d’Izieu et d’un partenariat avec l’AMS et avec toute une série d’instances locales. Le projet a sensibilisé les élèves à la mémoire des quatre adolescents de la colonie d’Izieu qui ont été scolarisés au collège moderne de Belley pendant la guerre. Il s’agit de Max-Marcel Balsam, de Marcel Bulka, de Maurice Gerenstein et d’Henri Goldberg.

picard bellay

Lors d’une visite dans leur Lycée et ses alentours, la plupart des élèves ont découvert l’existence de cette présence, à partir de deux stèles commémoratives placées en souvenir du  passage des quatre adolescents. S’est imposée alors la conviction qu’il était important de réactiver cette mémoire, de la faire parler de nouveau et pour les élèves de s’impliquer dans cette démarche. Ceux-ci ont eu accès à des archives transmises par le musée d’Izieu pour retracer le parcours des quatre adolescents de la colonie. Les portraits de ces derniers ont même été affichés dans la salle de cours sur la volonté des élèves …

belley élèves

Ce projet a fait l’objet d’une cérémonie d’inauguration et la pose de Pavés de Mémoire en mai 2017.

4izieu